Question:
Comment préparer le conditionnement des bouteilles sans oxyder la bière?
Nicholas Trandem
2010-11-10 10:40:51 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je suis probablement trop paranoïaque ici, mais quel est le meilleur moyen de s'assurer que le sucre d'amorçage (j'ai tendance à utiliser du sucre de maïs bouilli dans quelques tasses d'eau pendant 5 minutes puis refroidi) est bien mélangé à la bière sans l'oxyder?

J'ai peur que si je l'agite trop, je vais l'oxyder et ajouter des arômes indésirables, mais j'ai eu des lots où les bouteilles sont inégalement apprêtées. Mon processus actuel consiste à verser la solution de sucre à 70-80 ° F dans une bonbonne, puis à soutirer la bière du secondaire par-dessus. J'arrête ensuite la nouvelle bonbonne et je la balance pendant environ 30 secondes.

Quatre réponses:
#1
+5
Jeff L
2010-11-10 12:00:19 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je fais toujours bouillir et refroidir ma solution de sucre d'amorçage et j'en ajoute la moitié dans le seau d'embouteillage. Je porte environ la moitié de la bière dans le seau, puis j'ajoute le reste de la solution d'amorçage pendant que le reste de la bière coule.

Ensuite, j'utilise une cuillère à infuser [désinfectée] pour remuer très doucement le bière dans le seau d'embouteillage. Tant que vous évitez de le baratter et n'introduisez pas de bulles, tout ira bien. Oui, il y a toujours un léger risque d'infection, mais tant que la cuillère est correctement désinfectée, vous ne risquez pas beaucoup, et je préfère de beaucoup m'assurer que le sucre d'amorçage est uniformément réparti plutôt que de risquer des bombes en bouteille plus tard.

#2
+4
Fishtoaster
2010-11-10 10:54:13 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Les deux méthodes que j'ai utilisées ont été:

  • Mettez la solution de sucre dans le seau d'embouteillage, puis étalez-la soigneusement vers celle du fermenteur. Le mouvement de la bière entrante est suffisant pour mélanger le sucre.
  • Siphonnez ou versez délicatement la solution de sucre sur la bière, puis remuez-la très lentement avec une cuillère désinfectée pendant ~ 5 minutes.
Wow ... Je pense que vous devriez obtenir le prix Patient Brewer. En remuant pendant 5 minutes? Je fais juste quelques bruissements avec la canne à soutirage.
#3
+2
jaredaritter
2019-11-01 00:12:35 UTC
view on stackexchange narkive permalink

En fait, il sera assez difficile de provoquer une oxydation excessive si vous ne le faites pas intentionnellement ou si vous n'effectuez pas de transferts supplémentaires. Si vous avez eu un amorçage inégal, vous devrez améliorer votre jeu de mixage. La méthode de Jeff va être infaillible pour toutes les méthodes qui ne se contentent pas d'ajouter du sirop à votre mélange.

Peut-être qu'un contexte vous aidera à apaiser votre esprit / paranoïa. Je dirais que votre transfert de la bonbonne au conteneur d'embouteillage est le plus grand risque d'oxydation car cela laisse la plus grande surface exposée, c'est pourquoi nous laissons le tube dans le liquide pendant le transfert lorsque cela est possible et ne coule pas sur le côté. Le rapport surface / volume dans un courant de 1/16 de pouce de profondeur qui coule sur le côté d'un seau est vraiment élevé. Dans un seau, seule la couche supérieure est exposée à l'air, même sous une légère agitation. Ce n'est presque rien comparé au volume total.

C'est comme un aquarium. Sans aération intentionnelle d'une sorte de poisson, le poisson mourra en raison d'un manque d'oxygène dans un laps de temps relativement court. Des éclaboussures vigoureuses ou des barboteurs mécaniques sont le seul moyen de mettre suffisamment d'oxygène en solution pour survivre. Bien que ce ne soit pas exactement le même, cela donne une idée des longueurs nécessaires pour augmenter de manière significative les niveaux d'oxygène.

#4
  0
Rob
2019-11-01 23:42:27 UTC
view on stackexchange narkive permalink

L'oxydation due à l'introduction d'oxygène lors de l'emballage est une préoccupation importante pour toutes les méthodes d'emballage SAUF lorsque vous amorcez et conditionnez les bouteilles.

Cellules de levure qui consomment activement les sucres en présence d'oxygène consomment activement et efficacement tout l'oxygène disponible. Puisque vous amorcez (ajoutez du sucre), vous pouvez compter sur votre levure pour consommer l'oxygène pendant qu'elle produit votre carbonatation. Le même argument vaut si vous amorcez et conditionnez dans un fût (en supposant que vous servez du fût en utilisant du dioxyde de carbone sous pression pour pousser la bière hors du fût, plutôt qu'une pompe à main).

Si vous sont force-carb (ou même prime et condition) dans un fût et remplissez ensuite les bouteilles avec un remplisseur de contre-pression, vous devriez absolument vous inquiéter de l'introduction de l'oxygène.

Étant donné que vous pouvez compter sur n'importe quel quantité (raisonnable) d'oxygène qui est introduite lors de l'amorçage pour être rapidement mangée par la levure, vous devez vous assurer que votre sucre d'amorçage est bien mélangé à votre bière avant de remplir vos bouteilles. Le manque de mélange approprié est un risque beaucoup plus grand pour votre produit final que le sur-mélange (et l'introduction d'oxygène supplémentaire).



Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 2.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...